Invitation à la conférence "le sport compétitif peut-il contribuer à la paix ?"

VENDREDI 6 AVRIL 2018 A 18H30 Médiathèque Persepolis
4 Avenue Gabriel Peri, Saint-Ouen

A l’occasion de la journée internationale du sport au service de la paix et du développement et de la Vivicitta, course internationale pour la paix dans le Monde (8 avril à Saint-Ouen) le comité FSGT 93 a le plaisir de vous inviter à la conférence

Le sport compétitif peut-il contribuer à la culture de paix ?

Conférence ouverte par Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis
Avec Nicolas Keraudren de l’UNESCO, Bruno Cremonesi de la FSGT, des universitaires, et les délégations d’Irlande, d’Algérie, de Tunisie et de Palestine

Inscription gratuite, cliquez ici : https://docs.google.com/forms/d/e/1...

Le sport est souvent présenté comme un vecteur de paix et un outil formidable pour l’éducation à la culture de paix entre les peuples. Pourtant, il n’aura échappé à aucun observateur que le sport génère aussi des comportements guerriers qui sont loin des accolades ou des gestes de respects et d’amitié que l’on peut aussi voir entre sportifs. Edouard Galieno avait titré l’un de ses textes sur le football entre ombre et lumière. Le sport serait-il bipolaire, pris dans un pendule infernale entre le pire et le meilleur ? Mais qu’est-ce que le sport ?

En apportant un peu de nuance et de précision à la notion de sport, nous pourrons commencer à montrer que le sport englobe des activités très différentes. Il concerne aussi bien le sport professionnel de haut niveau que les nombreuses rencontres compétitives au niveau local. Sur tous les terrains il y a des tricheurs, mais certains de ces comportements décriés des sportifs ont lieu aussi parfois à côté des terrains. Le sport n’est pas dans une bulle et reste comme toute culture humaine, traversé par les maux de nos sociétés.

Pourtant, si certains pratiques sportives s’éloignent peu à peu d’un idéal de paix, d’autres dans le même temps créent des rencontres compétitives qui génèrent des élans de solidarité entre les peuples.

Ce colloque se propose d’éclairer les dimensions multiples du sport compétitif. Le sport compétitif a une étendue très large, il peut à la fois être les matchs du week-end entre des enfants, comme le championnat de foot de Ligue 1, dont certains comportements s’apparentent à une volonté de régler des divergences avec d’autres règles quelles celle du sport.

Les JOP 2024 que nous nous apprêtons à accueillir en Seine-Saint-Denis, seront-ils un levier pour participer à la création d’une culture de paix dans le monde ?

Si la Seine-Saint-Denis est souvent présentée comme un "territoire Monde", c’est aussi l’un des territoires les plus ségrégués en matière d’accès à l’éducation et aux pratiques culturelles, dont les pratiques sportives. Pourrions-nous imaginer des JOP qui fasse progresser l’idée d’une culture de paix à l’échelle mondiale, et qui dans le même temps ne réduisent pas les inégalités que vivent les enfants, les jeunes et plus largement la population de ce département ?

Le sport compétitif peut-il renouveler sa pensée pour l’ouvrir à tous et toutes et porter l’idée d’une compétition où l’adversaire est l’ami qui me fait progresser ?
Une autre façon de concevoir la compétition et d’œuvrer à sa démocratisation.

Je m’inscris  : https://docs.google.com/forms/d/e/1...